La Crimée: En quoi cela nous concerne-t-il ?

Suite à un référendum dont l’aspect démocratique et légal reste à prouver, Vladimir Poutine a signé un traité rattachant la Crimée à la Russie.

C’est dans ce contexte international plus que tendu (qui n’est pas sans rappeler celui de la Guerre Froide) que Barack Obama a appelé les pays membres du G7 à se réunir la semaine prochaine à la Haye.

Afin de mieux comprendre ce conflit et ce qui en découle, la Team Homme Moderne vous fait un bref aperçu.

A la vitesse de la lumière, nous sommes en train d’assister à une nouvelle scission du monde en deux: d’un coté le bloc de l’Est avec la Russie et son principal allié – et pas des moindres – la Chine (même si elle n’est pas encore engagée dans ce conflit), et de l’autre celui de l’Ouest avec les USA, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

Pour l’instant, l’option militaire est exclue par les Occidentaux qui songent plutôt à des gels commerciaux et économiques afin d’isoler la Russie. Mais vu l’évolution exponentielle de cette crise internationale, il ne serait pas impossible de voir ce conflit déraper en guerre. Et il y a de quoi avoir peur!

  • Bloc de l’Est:

– La Russie, principal protagoniste de ce conflit, est la deuxième puissance militaire mondiale (notamment grâce à son arsenal nucléaire). Avec un budget en constante croissance (61 milliards$) consacré à la modernisation de son armée, la Russie garde une place omnipotente dans le fleuron des grandes puissances militaires. Elle dispose de plus de 2800 tanks, 4500 aéronefs, 224 vaisseaux de guerre et 1,027,000 soldats. De plus, elle possède d’importantes ressources en hydrocarbures et son vaste territoire lui permet d’envisager une protection dans des zones d’action variées (force historique de la Russie).

– La Chine (bien que n’ayant pas pris part au conflit, s’il y a guerre, étant un fort allié de la Russie, on peut raisonnablement penser qu’elle se rangerait au côté des russes), quant à elle, a dans ses rangs la plus grande ressource humaine militaire mondiale avec pas moins de 2,285,000 hommes sous les drapeaux. Ajoutez à cela 8 000 tanks, 5 000 aéronefs, 972 vaisseaux de guerre, 1 porte-avion (inauguré en 2012) et un budget militaire croissant (98,8 milliards$), et vous comprendrez pourquoi les chinois occupent aujourd’hui la 3ème place mondiale en terme de puissance militaire.

  • Bloc de l’Ouest:

– Les USA, depuis la chute de l’URSS, demeurent la 1ère puissance militaire mondiale. Ils comptent notamment dans leurs rangs le plus grand arsenal nucléaire mais aussi plus de 15 000 aéronefs, 290 navires de guerre, 8 300 tanks et 1,580,000 hommes sous les drapeaux. Malgré des restrictions budgétaires militaires dictées par B.Obama, les USA restent – et de loin – les plus grands dépensiers du monde dans ce domaine (663 milliards$).

– Derrière, les armées européennes pointent à la 5eme, 6eme et 7eme place avec respectivement l’Angleterre, la France et l’Allemagne. Les troupes sont entièrement professionnelles et particulièrement bien équipées (industries de grande qualité). De plus, la France et le Royaume-Uni disposent d’un budget militaire conséquent (67 et 69 milliards$) et d’une force de frappe nucléaire.

Bien que faisant partie des meilleures armées mondiales, les effectifs militaires pourraient manquer si un conflit s’éternise.

Et nous dans tout ça ?

En 1997, Chirac a mis en place une réforme afin de passer à une armée de métier. Ainsi le service militaire a été supprimé et remplacé par une « Journée Défense et Citoyenneté » (ex-JAPD) à effectuer avant ses 25 ans. De plus, la loi suspend l’appel par l’Etat du contingent à venir défendre la patrie en danger.

Mais ne vous croyez pas si à l’abri que ça: il s’agit juste d’une suspension, et en cas de menace, le chef de l’Etat et des Armées peut la lever afin d’atteindre les effectifs indispensables à la défense de la nation. Ainsi, si la crise de Crimée se transforme en guerre mondiale, nous, citoyens français, pourrions nous retrouver plus vite que nous ne le croyons sur le front russe.

Bien sûr, on n’en est pas – encore – là et heureusement. Mais il est important de savoir les enjeux diplomatiques de ce conflit, ce qu’il en découle et de comprendre pourquoi nous sommes plus concernés qu’il n’y parait. Surtout que le Russie ne va certainement pas s’arrêter qu’à la Crimée…

Votre dévouée Team Homme Moderne!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s